Alimentation, Agriculture, Environnement et Qualité de Vie

Alimentation, Agriculture, Environnement et Qualité de Vie

Notre vision

L’alimentation est une nécessité quotidienne qui doit retrouver du sens. Avec une production agricole locale, de qualité, bio, toute l’économie d’un territoire peut être au service de la population. Des repas servis à la cantine jusqu’à la préservation de la qualité de l’air et de l’eau, en passant par la réduction des gaz à effet de serre, la santé et le bien-être animal, la transition écologique peut et doit s’imposer de façon positive dans la vie de chacun.

 

 

État des lieux

La municipalité actuelle n’a pas une vision globale du rôle que peut jouer l’alimentation. Les familles ne sont pas associées à la réflexion concernant les repas servis dans les cantines alors que la demande est forte. L’aspect santé, en lien avec les pesticides et les plastiques, n’est pas actuellement considéré comme une urgence : les barquettes en plastique sont le quotidien des enfants.

Le travail avec les acteurs du territoire n’est pas structuré, ce qui ne permet pas d’engager la conversion écologique nécessaire. Dans ce domaine également, les décisions prises témoignent d’une absence de cohérence et d’objectifs à la hauteur des enjeux : quelques mesures de communication mais aucun projet structurant.

L’agriculture est l’un des plus grands pourvoyeurs d’emplois en Occitanie ; l’économie locale doit profiter de cette tendance et l’amplifier en misant sur l’agroécologie.

Alors que la biodiversité est menacée et que le réchauffement climatique s’aggrave, la végétalisation de la ville a fortement diminué : arbres coupés, haies supprimées, absence de nouvelles plantations, etc.

 

 

Nos propositions

 

Le principe vert et solidaire

Il sera le guide de notre politique municipale. Tout projet, action, de notre municipalité aura comme contrainte initiale leur impact écologique et social. Il faut arrêter de prendre à la planète plus qu'elle ne peut reconstituer et nous nous devons de réduire les inégalités de notre société.

Une alimentation de qualité

Par le biais de l’alimentation, une municipalité peut agir concrètement sur le quotidien, dans une démarche participative et profondément respectueuse de l’environnement.

  • La cantine centrale est un outil qui doit jouer un rôle fondamental. Par le biais de l’alimentation collective, nous voulons que les enfants et les personnes âgées de la ville aient accès à des repas de qualité, bio, produits localement, à des prix raisonnables. Cela permettra de créer un lien avec tout un territoire qui redeviendra ainsi acteur de la production locale, dans une logique de coopération.
  • De la production alimentaire en passant par sa transformation, jusqu’à sa consommation, chaque acteur sera valorisé par la démarche qualité/santé que nous impulserons. L’utilisation de produits de qualité, locaux, bio, redonnera du sens et valorisera le travail des personnels de cuisine. Les consommateurs retrouveront le plaisir des aliments sains et des produits qui ont du goût en permettant le respect de la nature, des saisons et du vivant. De plus, avec une diminution de la consommation de viande et la (re)découverte des protéines végétales, nous agissons à notre échelle pour le climat.

 

L’agriculture sur le territoire : produire autrement

  • La municipalité doit s’engager dans la valorisation de la production agricole de tout son territoire de rayonnement. En structurant des filières de qualité bio, elle sécurisera les débouchés des producteurs et construira l’avenir de la production locale. Elle encouragera les pratiques qui bannissent l’usage inadapté et inutile des pesticides. Elle facilitera l’installation de maraîchers bio sur des terrains municipaux.
  • Les marchés jouant un rôle essentiel entre les producteurs locaux et les consommateurs, il faut augmenter cette offre de qualité, porteuse de créations d’emplois.

 

Gourjade : un atout pour re-végétaliser l’ensemble de la ville

Les Castrais ont un attachement très fort au Parc de Gourjade. A l’heure de la lutte contre le réchauffement climatique, il doit bénéficier de nouveaux aménagements pour lui donner de nouvelles vocations.

  • Nous voulons créer une ferme municipale, ouverte au public, pour la production agricole et florale, l’expérimentation et la diffusion des pratiques de l’agroécologie, ainsi qu’un conservatoire des plantes et un verger. Ceci en lien avec les écoles et les centres de loisirs, pour favoriser l’apprentissage et le respect du vivant.
  • Un lien entre le parc et les serres municipales est à développer, pour rendre visible et durable la politique d’embellissement végétal et floral de la ville (places, parkings, rues).
  • Le parc de Gourjade deviendra un lieu d’animation culturelle et de ressourcement, avec des événements réguliers.

Exemples : un éco-festival d’été, une guinguette proche de la rivière, un théâtre de verdure.

 

Jardins et repas partagés

Tous les citoyens qui en ont envie doivent pouvoir cultiver et apprendre à cultiver un jardin potager : il faut ouvrir de nouveaux espaces qui le permettent.

  • Les jardins collectifs créent du lien social, des échanges culturels ; ils sont des lieux d’apprentissage et de détente. Leur développement sera encouragé.
  • Les Maisons de la convivialité pourront être le lieu du « cuisiner ensemble », où l’on retrouvera le geste de la préparation des aliments pour la famille, en apprenant à gérer un budget, à réduire la part industrielle de la consommation alimentaire, à limiter et trier les déchets.

La ville soutiendra la mise à disposition des composteurs collectifs et valorisera localement le compost obtenu.

Un lien avec les associations à vocation agroécologique sera créé.

 

Mieux-être et santé : préoccupations quotidiennes

La ville a les moyens d’agir concrètement et avec force en faveur de l’environnement et de la santé des personnes. La qualité de l’eau, de l’air, des sols, ainsi que la réduction des émissions de gaz à effet de serre méritent attention et vigilance.

  • Nous solliciterons les services l’Etat pour assurer la veille écologique et de santé publique nécessaire à la population (analyses de l’air, de l’eau, etc.).
  • Nous mettrons en place des mesures de prévention et de sensibilisation contre les perturbateurs endocriniens, les emballages plastiques, l’usage abusif des pesticides.
  • Nous encouragerons les actions éducatives en lien avec les professionnels de santé (lutte contre le surpoids, les maladies cardiovasculaires, etc).

 

Cause animale

Les animaux sont des êtres sensibles qui méritent respect et attention.

  • Nous sensibiliserons la police municipale à la lutte contre la maltraitance, les abandons et toute autre infraction en lien avec les animaux. Nous désignerons, au sein des adjoints ayant la qualité d’officier de police judiciaire, un référent chargé de la protection animale sur la commune.
  • Nous privilégierons autant que possible les alternatives non génératrices de souffrance (ultrasons, épouvantails, graines contraceptives sélectives, clôtures…) pour éloigner les espèces classées dans la catégorie « animaux susceptibles d’occasionner des dégâts » (rongeurs, pigeons, mouettes…). De même, nous informerons les habitants de l’intérêt écologique des « animaux susceptibles d’occasionner des dégâts » afin d’accompagner la mise en place d’une politique de cohabitation pacifique des populations.
  • Nous faciliterons l’admission des animaux de compagnie dans l’EHPAD municipal que nous créerons.
  • Nous soutiendrons les associations reconnues et en particulier celles proposant des soins et interventions vétérinaires modérés aux animaux de personnes défavorisées.
  • Nous insérerons une clause de protection animale dans les marchés publics et les contrats avec les prestataires. Par exemple, nous privilégierons les produits n’ayant pas d’incidences négatives sur les animaux.
  • Nous créerons un cimetière municipal pour animaux.
  • Nous refuserons les cirques exposant des animaux sauvages.