Social & Solidaire

Social & Solidaire

Notre vision

« Vaincre la pauvreté ce n'est pas un geste de charité, c'est un acte de justice. »

Nelson Mandela

 

 

État des lieux

Castres est une ville en déclin et qui s’appauvrit. Alors que le taux de pauvreté pour l’ensemble de la ville avoisine les 20% (50% à Lameilhé, 60% à Laden), que le chômage frappe plus de 30% de la population active dans certains quartiers, que fait la municipalité actuelle ? Elle investit dans la voirie, le monumental, la pierre, essentiellement au centre ville.

 

 

Nos propositions

Le principe vert et solidaire

Il sera le guide de notre politique municipale. Tout projet, action, de notre municipalité aura comme contrainte initiale leur impact écologique et social. Il faut arrêter de prendre à la planète plus qu'elle ne peut reconstituer et nous nous devons de réduire les inégalités de notre société.

Le Complément Communal de Solidarité (CCS) : une mesure pour éradiquer la grande pauvreté à Castres

Ce nouveau dispositif concernera dans un premier temps les jeunes (18-25 ans) et les familles monoparentales en difficulté. Nous en évaluerons les résultats à mi-mandat et nous questionnerons son élargissement.

Outil de lutte contre l’exclusion, le CCS répond à une double ambition : garantir un revenu stable à des personnes en situation de fragilité économique et sociale et favoriser leur émancipation par une démarche d’accompagnement vers la formation et l’emploi. C’est une aide sociale temporaire, pour les foyers dont le revenu de base se situe en dessous du seuil de pauvreté (850 euros pour une personne seule).

       Les objectifs visés

  • Tout mettre en œuvre pour éradiquer la pauvreté à Castres.
  • Redonner de la dignité aux personnes les plus fragilisées, tout en les laissant autonomes dans leurs choix.
  • Améliorer le quotidien ou « pouvoir de vivre »des habitants.

       Modalités de mise en place

  • Le centre communal d'action sociale (CCAS)et les différents partenaires sociaux accompagnent les demandeurs dans leur démarche afin d’améliorer la situation de chacun de façon personnelle et d’activer toutes les aides auxquelles ils ont droit avant d’étudier le dossier de CCS.
  • Un contrat est signé entre le bénéficiaire et la commune, représentée par le CCAS, afin de définir les engagements de chacune des parties.
  • Le CCS vient en complément des prestations sociales à concurrence du seuil de pauvreté.
  • Le CCS comprend un volet éducatif pour accompagner les bénéficiaires vers la maîtrise de leur budget.
  • Il est financé principalement par des économies réalisées sur différents postes en lien avec la transition écologique.

 

L’eau, un bien commun

Notre priorité est de protéger la ressource en eau de notre commune pour disposer d’une eau potable de qualité au tarif le plus favorable possible.

Les services de l’eau potable et de l’assainissement doivent impérativement rester publics.

La complexité de la procédure a pour conséquence qu’aujourd’hui la somme de 100 000 € provisionnée pour l’aide au paiement de l’eau des personnes en difficulté n’est utilisée qu’à hauteur de 30 000 €.

Nous proposons de facturer les 30 premiers m3 de consommation des ménages au prix forfaitaire de 1 € et de mettre en place un tarif progressif portant sur les consommations supérieures à ce volume.

En outre, nous conserverons et améliorerons le droit à un « chèque eau » pour les familles en difficulté, en rectifiant les seuils et en simplifiant les démarches pour les bénéficiaires.

 

Accueil des migrants, une urgence humanitaire

Menée par les élus Castres écologique & solidaire, la municipalité répondra, à son niveau, à l’urgence humanitaire révélée par la question de l’accueil des migrants. La fermeture des frontières de l’Europe et les mesures répressives prises ces dernières années par nos gouvernants sont honteuses et criminelles.

La municipalité travaillera avec les associations spécialisées afin d’accueillir dignement les personnes manquant des plus élémentaires moyens de vie.

En lien avec l’ensemble des acteurs de la vie locale et avec celles et ceux qui le voudront, elle les aidera à trouver des solutions pérennes à leurs difficultés en s’appuyant, lorsqu’elle le pourra, sur les services de l’État et les collectivités territoriales partenaires.

 

Le droit à la santé de proximité

Nous réaffirmons notre attachement à une santé de proximité et à une politique de prévention.

  • L’hôpital du Pays d’Autan participera de cette politique de proximité et nous défendrons le maintien de l’ensemble des services existants.
  • La médecine libérale est en régression dans notre ville : des médecins généralistes et spécialistes partent à la retraite sans être remplacés. Il faut attirer de jeunes praticiens, aussi nous soutiendrons la création de maisons de santé pluri-professionnelles.
  • Nous souhaitons par ailleurs la création d’une maison médicale de garde en centre ville, pour des soins qui ne nécessitent pas forcément l’utilisation d’un plateau technique hospitalier. Ce projet pourrait être crée en partenariat avec les médecins libéraux, le secteur hospitalier et la municipalité ; il sécuriserait la permanence des soins et éviterait une saturation des urgences de l’hôpital.
  • Nous aiderons au développement d’une structure d’accueil de jour pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ; cette structure sera un lieu de dialogue et de ressourcement pour les aidants. Nous soutiendrons par ailleurs le réseau de soins palliatifs pour permettre aux patients concernés d’avoir une fin de vie digne.
  • Nous faciliterons le travail des professionnels de santé en rendant le stationnement gratuit en ville pour les infirmières et les médecins.
  • Nous mettrons en place, comme de nombreuses villes l’ont déjà fait, un Conseil Local de la Santé Mentale. Le CLSM est une plateforme de concertation et de coordination entre les élus locaux d'un territoire et le service de psychiatrie publique. Cet espace de concertation intègrera obligatoirement les usagers et les habitants, ainsi que tous les services sociaux, médico-sociaux et sanitaires.

Accessibilité

Notre ville a un grand besoin d’améliorer son accessibilité pour les personnes à mobilité réduite (PMR). Pour que les personnes en fauteuil, celles qui utilisent des poussettes, des déambulateurs… soient aidées dans leur vie quotidienne, c’est un regard basé sur l’inclusion pour tous qu’il faut développer.

  • Un inventaire des zones bloquantes sera dressé pour éliminer les obstacles, bordures, ressauts …
  • Une information à destination des automobilistes garés sur les trottoirs sera faite, une verbalisation sera envisagée si aucune solution n’est trouvée.
  • Un travail avec les commerçants sera engagé pour faciliter l’accès des magasins à la voirie.
  • Les personnes qui ont des besoins particuliers pourront se faire connaître pour que les services puissent répondre à leur besoin spécifique : place de parking PMR à proximité du logement, trajet quotidien amélioré.

Prendre soin de nos aînés

Comme l’ensemble de notre pays, Castres connaît un vieillissement de sa population. Il faut repenser la place des personnes âgées dans la ville :

  • Créer un EHPAD municipal est une nécessité. Il suffit pour s’en convaincre d’observer les listes d’attentes dans les structures existantes.
  • Développer l’habitat intergénérationnel (logements accueillant des personnes d’âges et de situations différentes : étudiants, familles et personnes âgées) pour répondre à de multiples problématiques, développer le lien social, lutter contre la solitude et l’isolement, notamment en s’appuyant sur les Maisons de la convivialité qui seront créées dans les quartiers.
  • Apporter des services à domicile aux personnes dépendantes.
  • Aider à l’utilisation du numérique au quotidien.